Safeguard the Isenau ski area

Contact the author of the petition

This discussion topic has been automatically created of petition Safeguard the Isenau ski area.



Jul 13, 2011, 21:05

Having been a second home owner in the village for 30 years I know many other owners, who are all shocked by the possibility of losing the Isenau ski area. The village could end up like Les Mosses once a negative impression is given of the future commitment of the authorities to maintain services. I feel that many existing second home owners would consider looking elsewhere for their holiday home, which would cost the village hundreds of thousands of Francs per year if they left. The reality is that although Diablerets is a most beautiful place it is essentially a ski resort and to take the backward step of reducing the ski area, when most other resorts are increasing theirs, would send a signal that the village is in decline and has no future, which would obviously be the case.
Ruth Cecil

#2 Safeguard the Isenau Lift

Jul 13, 2011, 23:49

Both in summer and in winter the Isenau lift makes it possible for young and old to explore the fantastic nature of the mountains. The discontinuation of the lift would be a great loss to the village and its inhabitants.



Jul 14, 2011, 02:45

The cabine cannot go! Les Diablerets would die as a tourist village all seasons and this would kill local business that rely on the secondary home owners and tourists. It is a disgrace that this is even being considered!! Save the isenau ski area!



Jul 15, 2011, 01:59

It would be disastrous for the village if Isenau cable car were to close. Small villages
are struggling to survive. Les Diablerets livelihood depends on tourism. Take away
the cable car and you take away a means by which the village can compete with other alpine resorts. It is unthinkable and it should not happen.



Jul 18, 2011, 22:17

Isenau is a fond destination for our family. We enjoy the red bubble going up and it is so pretty. It adds character to the village and joy!
Anne Barry/Brighton

#6 Isenau lift & cycles

Jul 21, 2011, 21:25

We love taking our bikes up the Isenau lift too, cycling to Lac Retaud & on down to Gsteig & Gstaad, or up to the Sanetsch Pass via the lift there & down to Sion, back by train. We couldn't do that if we had to cycle UP from the village first. The Isenau lift is wonderful for cyclists & opens up so many possibilities for days out in the area. Please save it for winter, summer, spring & autumn too. The cycle route down from Isenau is a great joy too, especially after a refreshing swim in Lac Retaud.


#7 Isenau

Jul 22, 2011, 12:12

This petition calls for some clarifications. Isenau like Le Meilleret are owned and managed by TeleDiablerets, which is a subsidiary of Diablerets Vrai Village de Montagne (DVVM) a 100% private own company whom Hotel des Diablerets, Hotel des Chamois and other venues belong to. Isenau is currently operating under a Federal Department of Transportation License that will expire on December 31, 2012. Beyond that date and without a complete revamping, the cable car will be decommissioned by law. Initially, the lift replacement was planned to be funded 100% by TeleDiablerets. TeleDiablerets is no longer committed to bear alone the 12 mio CHF budget required to replace the actual “gondola” by a new one, which will be complying with Federal safety/security regulations and standards. Out of 12 mio CHF budget, TeleDiablerets is seeking the State financial support in kind of a free interest loan vouched by the Municipality of Les Diablerets and by a non-refundable loan.

Part of a broader State’s ski lifts investment master plan and a touristic policy, the State of Vaud is willing to found facilities that can prove to be business sustainable and viable only. Mountain regions’ economy is mainly driven by tourism. To make it sustainable the “commercial beds” (hotels, B&B, holiday apartments, etc.) capacities must at least be maintained and more preferably increased in order to generate a higher tourism turnover. During the ski season only (mid December till mid April) a commercial bed generates for the ski lifts a proceed of 84 days of ski (4 months x 4 weeks x 6 days), whilst a secondary home “cold bed” generates only a proceed of 21 days of ski for the whole entire season (a seasonal ski pass is paid back in ~21 days). Furthermore, and in order to be profitable, ski lift companies must have a lean and cost-efficient organization. Bottom line the State’s requirements for financial assistance are four-fold:

1. To maintain or increase the commercial beds capacity
2. To merge TeleDiablerets with TeleVillars
3. To merge Diablerets Tourism and Villars Tourism offices
To create all-year tourism activities allowing cable car companies operating beyond the ski season only

After the closure of Hotel Les Diablotins, Hotel Mon Abri, Hotel Mon Séjour the recent closure of Hotel des Diablerets with more than 110 commercial beds, which will be replaced by two large real estate projects, will seriously jeopardize the local economy, the tourism offer and the State financial support. The municipality is striving not to let Isenau go, and it is working on many projects such as the Vision 2025 designed and aimed at making our community/resort attractive for year round residents, tourists and economically sustainable on the long term.

P. Piralli - Municipal



Jul 25, 2011, 20:06

In terms of ski pass revenues, most second home owners bring friends with them to the village on numerous trips throughout the ski season. Those friends buy ski passes for the duration of their stay in the village, which directly injects capital into the lift system. Second home owners additionally provide regular support over the course of the year to shops and restaurants within the village, without which many of those enterprises would not survive.
The loss of hotel beds in concerning. However at present lack of demand for hotel beds is likely to be largely due to the strength of the Swiss franc against other currencies (in January 2008 the rate was CHF2.40 to the British Pound, it is now CHF1.30). In order to compete with other resorts inside and outside Switzerland Les Diablerets ultimately requires investment in the form of a very high quality 5 star hotel and spa. This would bring in a different kind of visitor who would spend a great deal of money in the village and who would be less affected by the state of both the World and the Swiss economy, which is outside the control of the regional government. The ski area is excellent but during such grave economic times to see the closure of the telecabine would likely be a blow from which the village would never recover. Not only would this see a loss of hotel beds but also a mass exodus of second home owners who currently support the village economy. A Les Mosses scenario is by no means out of the question if the telecabine is not replaced.
In terms of government support, the local authorities must be aware of the significant tax revenues that are raised from second home owners in the village, taxes that have risen very significantly in recent years. This money must be reinvested in the infrastructure of Les Diablerets, including the Isenau telecabine, which is vital to the village's economy and its future survival.
Incidentally, the original scheme, to extend the telecabine to Pillon, would have propelled the village to a different level of attraction as a resort, as it would have linked the village by lift with skiing at 3000 metres. This would in and of itself have placed the village in a position where it would have had the prospects to obtain the necessary funding to build new hotels etc. Those who objected to this scheme must be answerable to the rest of the village's residents, primary and secondary, in terms of the effect that blocking that scheme may now have on the future of the resort. To the extent possible the viability of the original scheme should be revisited.
Visitor for 17 years

#9 I agree totally with these comments. Hopefully many others will back this stance .

Jul 25, 2011, 23:03



Jul 27, 2011, 11:32

It would be a shame for Les Diablerets if the ski lift(s)at the Isenau could not be maintained. The mountain is a jewel in summer as well in winter. Without the Isenau in opertion Les Diablerets is becoming a dead village.
Vaud as well as well as the municipality of Les Diablerets must find funds to keep the lift into operation.

Owner of an appartment for nearly 40 years.



Jul 29, 2011, 22:25

proprietaires d'Isenau29 Jul 2011, 20:37

Vaud mercredi24 novembre 2010
Le magnat qui se dépense pour Les Diablerets
Par Marco Danesi
Le Norvégien Kristian Siem a atterri à Ormont-Dessus au tournant du millénaire. Rencontre avec un milliardaire discret, dont les investissements font flamber la station vaudoise
Qui sont ces milliardaires qui font flamber les Alpes suisses? Kristian Siem est l’un d’eux – et l’un des rares à ne pas fuir le contact avec les médias. Au début du millénaire, ce riche armateur norvégien s’est établi aux Diablerets, dans les Alpes vaudoises. Avec d’autres habitués de la station – les frères Schwitzguebel, René de Picciotto et sa fille Alessandra –, il a fondé Diablerets Vrai Village de Montagne (DVVM). La société investit aujourd’hui dans le développement touristique de la station et participe au boom qui emporte la commune, classée parmi les zones exposées au risque de bulle immobilière dans la dernière étude Wuest & Partners.

Kristian Siem a fait fortune en bâtissant des plates-formes pétrolières. Il s’est enrichi en transportant carburants, voitures et touristes à travers les mers et les océans. Son groupe, Siem Industries, créé en 1980, possède 115 navires en tout genre et emploie 6700 collaborateurs. Fin 2009, la compagnie a dégagé 131 millions de dollars (130 millions de francs) de bénéfice net. L’homme d’affaires a autrefois racheté l’ancien paquebot France, rebaptisé Norway.

Kristian Siem a débarqué dans les Alpes vaudoises après que l’un de ses frères, médecin qui travaille à Genève, lui a vanté les délices des Diablerets. De plus, les sommets et les vallons de la région lui sont familiers: à 15 ans, le jeune Kristian a fréquenté un collège du cru.

Kristian Siem a construit un chalet en 2001, puis un deuxième quatre ans plus tard. C’est Jean Nicollier, le frère de l’astronaute Claude, qui a dessiné la première demeure. Celle-ci respecte les lignes et l’architecture locales. Et donne du travail aux entreprises du terroir. L’armateur revendique sa volonté d’intégration: lui autant que sa maison doivent épouser l’esprit des lieux.

Au fil des séjours, Kristian Siem s’attache aux Diablerets. Quand il ne voyage pas pour ses affaires, il passe le plus clair de son temps, jure-t-il, à l’ombre du glacier du Tsanfleuron. Il s’y établit et paie ses impôts au village (taux de 70, dans la moyenne cantonale). Combien et comment? Il n’en dira pas davantage.

Philippe Nicollier, syndic jusqu’en 2009, et Pierre Schwitzguebel, l’ancien président de Lausanne tourisme, l’approchent. Ce dernier lui dévoile ses projets. Rapidement, les conversations amicales débouchent sur du concret.

En 2006, DVVM voit le jour. Kristian Siem détient 56% du capital. Le banquier genevois René de Picciotto avec sa fille, Alessandra, contrôlent une part de 30%. Les frères Schwitzguebel possèdent les 14% restants. La nouvelle compagnie, en accord avec les autorités des Diablerets, acquiert les remontées mécaniques de la station, arme de canons à neige les pistes de ski et rachète trois hôtels. L’un des trois est démoli. Un immeuble de 30 appartements en PPE (propriété par étages) a surgi à sa place.

Les Diablerets, affirme Kristian Siem, sont idéalement placés. La station est proche de Lausanne et Genève, pas loin de l’aéroport de Cointrin. Elle ne ressemble ni à ­Gstaad, ni à Villars, trop huppées. Le village dégage tout le charme montagnard recherché. Pour ce Londonien d’adoption – le siège de Siem Industries se trouve dans la capitale anglaise –, comme pour d’autres sujets britanniques, la Suisse et ses paysages se sont transformés en Eldorado rêvé. Les nouvelles liaisons aériennes raccourcissent les distances. Londres se rapproche des Diablerets. On y vient le week-end.

D’un côté, l’argent ne manque pas. De l’autre, les terrains s’offrent en abondance. Les Diablerets construisent à tour de bras pour accueillir des résidents étrangers d’un nouveau type. L’euphorie est si grande que la crise financière récente n’a pas freiné l’essor immobilier, au risque de la surchauffe: le taux de logements vacants était en 2009 de 3% pour la commune, pour une moyenne cantonale de 0,5%. Le syndic des Diablerets confirme: on bâtit toujours. Philippe Grobéty voudrait bien que cela se calme. Car, paradoxalement, la station souffre d’une certaine inertie. Des commerces ferment et des habitants déménagent. Il devient donc indispensable de reprendre en main l’expansion de la commune. Notamment via une réalisation d’envergure, à l’image d’un établissement de bains thermaux.

L’emprise de DVVM sur les Diablerets n’est pas du goût de tout le monde. Un municipal, en désaccord avec la politique de l’exécutif, quitte son poste. Cependant, répète Kristian Siem, rien ne se fera dans le village sans l’accord de la population. Du coup, à la fin de 2009, l’idée de construire une télécabine en direction du plateau d’Isenau, puis du col du Pillon, enjambant le centre des Diablerets sur des pylônes de plus de 30 mètres, est abandonnée. Il était destiné à remplacer l’installation actuelle dont la concession arrive à échéance en 2012. Le parti des sceptiques et des opposants a eu raison de ce projet à 35 millions. Les propriétaires des terrains concernés exigeaient des dédommagements trop élevés, indique Kristian Siem. Finalement, Glacier 3000 et Villars, qui avaient affiché leur intérêt pour l’entreprise, se sont retirés.

Malgré cet échec, Kristian Siem ne va pas battre en retraite. Un équipement plus modeste est à l’étude. Il coûtera 12 millions. DVVM en engagera 4. Des discussions sont en cours entre la commune et le canton pour obtenir le reste du montant nécessaire, signale Philippe Grobéty


Jul 29, 2011, 22:26

cj voyez la derniere29 Jul 2011, 20:40

Riche armateur norvégien, Kristian Siem investit aux Diablerets. Parce qu’il aime cette station où il dépose ses bagages pour s’y reposer.
Miroslaw Halaba
Kristian Siem, qu’est-ce qui vous plaît aux Diablerets?

La nature et son spectaculaire paysage alpin. Cette station, où je réside depuis une dizaine d’années, offre de belles pistes de ski. Elle est reliée à Villars et au Glacier 3000. Elle est aussi facilement accessible, notamment depuis Genève.

Pourquoi investissez-vous dans cette station des Alpes vaudoises?

C’est mon installation aux Diablerets, où j’ai construit un chalet, qui est à l’origine de mes activités dans la société DVVM, Diablerets Vrai Village de Montagne, créée en 2006. Les projets touristiques envisagés par les partenaires de cette société et les autorités communales m’ont convaincu d’apporter mon soutien.

Et ces projets ont-ils été réalisés?

Oui, quatre d’entre eux ont vu le jour. Nous avons construit trois chalets comprenant des appartements de vacances à l’emplacement d’un ancien hôtel situé à l’entrée du village. Nous avons installé des canons à neige pour 4 millions de francs, rénové toutes les chambres de l’Hôtel du Chamois pour 2,5 millions et apporté diverses transformations à l’Hôtel des Diablerets pour environ 1,5 million de francs.

Cet établissement sera pourtant fermé à la fin de la saison…

Effectivement. Nous ne sommes pas parvenus à rentabiliser cet hôtel. Il est très difficile d’avoir des lits chauds sans clients. Comme c’est le cas pour de nombreux hôtels de montagne en Suisse, nous n’avons pas de moyens de marketing suffisants pour commercialiser efficacement un tel établissement. L’hôtel devrait, par ailleurs, faire l’objet de coûteux travaux. Il était donc économiquement plus intéressant de transformer le bâtiment en appartements de vacances et de construire, ultérieurement, un nouvel hôtel. Nous songeons, au moins, à un quatre-étoiles, qui prendrait place sur un terrain que nous avons acheté à proximité de l’Hôtel des Diablerets.

Un de vos projets est le renouvellement de la télécabine d’Isenau. Où en êtes-vous avec ce dossier?

Nous avions initialement l’intention de relier avec une nouvelle télécabine les Diablerets au col du Pillon. Un ambitieux projet de 34 millions de francs. Trop ambitieux, probablement, pour cette petite station. La crise financière, les oppositions nous ont incités à nous concentrer sur le seul renouvellement de l’installation. Ce projet de 12 millions de francs, dont 9 millions seront à notre charge, reste toutefois important. Comme il figure dans la planification des Alpes vaudoises 2020, nous avons bon espoir de pouvoir disposer d’un soutien public. Nous attendons l’accord de la commune pour démarrer.

Envisagez-vous d’investir ailleurs?

Non, je ne suis pas venu dans les Alpes vaudoises pour investir dans le tourisme. Je n’ai pas l’intention de faire le forcing avec des projets qui ne sont pas souhaités.


#13 owners of Isenau

Jul 29, 2011, 22:27

Diablerets Vrai Village de Montagne SA, à Ormont-Dessus, CH-550-1047334-3 , prise de participations (FOSC du 26.05.2010, p. 16/5647068). Siem Charles Maximillian est désormais à Ormont-Dessus.
Alle HR-Meldungen vom 30.08.2010

Diablerets Vrai Village de Montagne SA, à Ormont-Dessus, CH-550-1047334-3 , prise de participations (FOSC du 22.12.2008, p. 30/4795016). Schwitzguebel Pierre est désormais à Ormont-Dessus.
Alle HR-Meldungen vom 26.05.2010

Diablerets Vrai Village de Montagne SA, à Ormont-Dessus, CH-550-1047334-3 , prise de participations à toute entreprise poursuivant une activité commerciale, industrielle ou financière (FOSC du 15.10.2008, p. 18/4692014). Statuts modifiés le 12 décembre 2008 sur des points non soumis à publication. de Picciotto Alessandra est désormais à Chêne-Bougeries.
Alle HR-Meldungen vom 22.12.2008

Diablerets Vrai Village de Montagne SA, à Ormont-Dessus, CH-550-1047334-3 , prise de participations à toute entreprise (FOSC du 09.07.2008, p. 20/4566180). Rectificatif. Le directeur général se nomme Scalbert Jean-Philippe (et non Scalbert Philippe comme publié).
Alle HR-Meldungen vom 15.10.2008

Diablerets Vrai Village de Montagne SA, à Ormont-Dessus, CH-550-1047334-3 , prise de participations (FOSC du 15.04.2008, p. 16/4430470). Schwitzguebel Pierre, dont la procuration est éteinte, est élu administrateur avec signature collective à deux. Nouvel administrateur avec signature collective à deux: Gauer Jean-Jacques, de Wartau, à Grandvaux.
Alle HR-Meldungen vom 09.07.2008

Diablerets Vrai Village de Montagne SA, à Ormont-Dessus, CH-550-1047334-3 , prise de participations à toute entreprise (FOSC du 14.08.2007, p. 13). Signature collective à deux est conférée à Scalbert Philippe, de Bulle, à Montreux, directeur général.
Alle HR-Meldungen vom 15.04.2008

Diablerets Vrai Village de Montagne SA, à Ormont-Dessus, CH-550-1047334-3 (FOSC du 06.09.2006, p. 15). Campiche Antoine n'est plus administrateur; sa signature est radiée. Schwitzguebel Jean-Luc est nommé président et continue à signer collectivement à deux.
Alle HR-Meldungen vom 14.08.2007

Diablerets Vrai Village de Montagne SA, à Ormont-Dessus, CH-550-1047334-3 (FOSC du 21.07.2006, p. 14). Procuration collective à deux est conférée à Schwitzguebel Pierre, de Saanen, à Palamos (Espagne).
Alle HR-Meldungen vom 06.09.2006

Diablerets Vrai Village de Montagne SA, à Ormont-Dessus, CH-550-1047334-3 , prise de participations (FOSC du 05.07.2006, p. 19). Rectificatif. Reprise de biens envisagée: l'ensemble des actions de la société Télécabine Les Diablerets-Isenau pour CHF 1'400'000 au maximum (et non CHF 1'200'000); 2'400 actions nominatives vouvelles de CHF 1'000 de la société Meilleret - Les Diavlerets - Vers-l'Eglise, société anonyme de Remontées mécaniques, à Ormont-Dessus, pour CHF 2'400'000 au maximum; créances bancaires à l'encontre de la société Meilleret - Les Diablerets - Vers-l'Eglise, société anonyme de Remontées mécaniques, à Ormont-Dessus, pour CHF 750'000 au maximum; le montant total des reprises de biens envisagée est donc de CHF 4'550'000 (et non CHF 4'350'000).
Alle HR-Meldungen vom 21.07.2006

Diablerets Vrai Village de Montagne SA, à Ormont-Dessus, CH-550-1047334-3 , prise et gestion de participations (FOSC du 14.06.2006, p. 15). Statuts modifiés le 26 juin 2006. Capital-actions porté de CHF 2'650'000 à CHF 3'931'000 par l'émission de 1'281'000 actions nominatives de CHF 1. Capital-actions entièrement libéré: CHF 3'931'000, divisé en 3'931'000 actions nominatives de CHF 1, avec restrictions quant à la transmissibilité. Reprise de biens envisagée: ensemble des actions de la société Télécabine Les Diablerets-Isenau S.A., à Ormont-Dessus, pour CHF 1'200'000 au maximum; 2'400 actions nominatives nouvelles de CHF 1'000 de la société Meilleret - Les Diablerets - Vers-l'Eglise, Société Anonyme de Remontées mécaniques, à Ormont-Dessus, pour CHF 2'400'000 au maximum; créances bancaires à l'encontre de la société Meilleret - Les Diablerets - Vers-l'Eglise, Société Anonyme de Remontées mécaniques, à Ormont-Dessus, pour CHF 750'000 au maximum; le montant total des reprises de biens envisagées est donc de CHF 4'350'000 au maximum.
Alle HR-Meldungen vom 05.07.2006

Diablerets Vrai Village de Montagne SA, à Ormont-Dessus, CH-550-1047334-3 , prise de participations (FOSC du 08.06.2006, p. 16). Rectificatif. Le siège de la société est à Ormont-Dessus (et non à Ormont-Dessous comme publié). les parcelles 4915 et 4922 se trouve sur la commune d'Ormont-Dessus (et non sur la commune d'Ormont-Dessous comme publié). La société Hôtel des Diablerets S.A. et sa filiale Les Mazots S.A. sont à Ormont-Dessus (et non à Ormont-Dessous comme publié).
Alle HR-Meldungen vom 14.06.2006

Diablerets Vrai Village de Montagne SA, à Ormont-Dessous, Les Diablerets, CH-550-1047334-3 . Nouvelle société anonyme. Statuts: 24 mai 2006. But: prise de participations à toute entreprise poursuivant une activité commerciale, industrielle ou financière, en particulier aux Diablerets. Capital-actions entièrement libéré: CHF 2'650'000, divisé en 2'650'000 actions nominatives de CHF 1, avec restrictions quant à la transmissibilité. Reprises de biens envisagées: parcelles 4915 et 4922 de la commune d'Ormont-Dessous, soit les lots de copropriété de la PPE "Le Chamois" pour CHF 2'700'000 au maximum, ainsi que créances bancaire à l'encontre de la société Hôtel des Diablerets S.A. et de sa filiale Les Mazots S.A., toutes deux à Ormont-Dessous pour CHF 2'550'000 au maximum. Apport en nature et reprise de biens selon contrat du 24 mai 2006: 1'000 actions nominatives de CHF 1'000 de la société Hôtel des Diablerets S.A., à Ormont-Dessous, pour CHF 1'000'000; en contrepartie, il est remis 500'000 actions nominatives de CHF 1, le solde de CHF 500'000 constituant une créance de l'apporteur contre la société. Organe de publication: Feuille officielle suisse du commerce. Administration: Campiche Antoine, de Sainte-Croix, à Epalinges, président, de Picciotto Alessandra, de France, à Genève, Jotterand Pierre, de Saint-Livres, à Nyon, Schwitzguebel Jean-Luc, de Saanen, à Montreux, et Siem Charles Maximillian, de Norvège, à Londres (Royaume-Uni), tous avec signature collective à deux. Réviseur: Ofisa, à Lausanne.
Alle HR-Meldungen vom 08.06.2006



Aug 01, 2011, 12:34

I have come to Les Diablerets since 1984 and I find that the little red cable car belongs to the view of the village of Diablerets, like the mountain Palette towers over it. Without that lovely cable car, Diablerets would not be what it is now!



Aug 02, 2011, 20:13

Les Diablerets est une station de ski , famille, juste pas possible de fermer Isenau....



Aug 03, 2011, 00:55

Are we serious about doing away with beautiful, carbon neutral alternatives to the car and bus? The Swiss have the most fabulous system of ski lifts, and any steps towards removing them would be backward ones.


#17 les diablerets cable car

Aug 03, 2011, 10:49

As a long time guests (over 15 years, winter and summer) we are very fond of the 'rode eitjes-lift' {red egg lift , as we call it). Our children grew up with this cable car trip being part of the skiing/holiday experience of les diablerets. It would be a shame if it would not be there any more!
Bluffy - the cable car slayer

#18 Politics...

Aug 09, 2011, 11:53

I was there this summer for 10 days and there was an article in the local press stating that the intention was to replace the exixting cable car with an 8 seater telecabine. I was clearly under the impression that public investment was being sought for this with private money already on the table. Can someone please verify this in Les Diablerets as there seems some political agenda by the private enterprise to threaten the public sector into coughing up the cash to improve the Iseneau cable car, by threatening to close the existing. No one in their right mind commercially would close the existing cable's a money spinner. It's all bluff..and counter-bluff.


#19 Re: Politics...

Aug 10, 2011, 19:15

#18: Bluffy - the cable car slayer - Politics...

All cable cars have a finite lifespan and the existing one to Isenau is due to be decommissioned after one more season. After that, investment from both the private enterpise (already on the table) and the public purse will be required to build the replacement cable car.


#20 Update

Jan 03, 2012, 18:14

Can anyone shed any light on what the outcome of this debate is? Will the Isenau lift continue past 2012? I'm interested because we love Les Diablerets but would go elsewhere if the Isenau lift were to close.